Autrice

Fascinée par le fonctionnement des êtres que nous sommes, le concept du temps et l’acte de l’écriture, Graziella Corvini se sert de l’imaginaire pour donner forme à ces notions et celles qu’elles font inévitablement naître dans leurs sillages.

Bien que fictifs, ses écrits nous invitent à nous questionner sur notre perception du réel et à étendre notre regard vers l’invisible et ses infinis possibles.

Les limites ennuyeuses, contraignantes, celles que nous avions crues jusqu’ici indétrônables et qui nous confinaient dans une certaine « rationalité » – comme s’il n’en existait aucune autre – pourraient bien commencer à vaciller puis à se dissoudre alors que nos yeux courent sur les lignes de papier.

D’une ligne de temps à une autre, d’une réalité à une autre, d’un univers à un autre, l’autrice nous emporte et ne nous laisse jamais séjourner trop longtemps dans les sensations de vertige induites par le voyage. Le point final se trouve certes sur une nouvelle rive, mais celle-ci pourrait bien contribuer à une meilleure compréhension de notre multidimentionnalité.

NB : Ses romans ne sont pas de la sciences-fiction.

Parutions :

Le Temps des Nuages (roman initiatique) – éd. L’Alchimistes 2019Préface Daniel Meurois

Résumé:

Année 22020. Les Pupins vivent sur un Nuage des Pléiades, au cœur de l’invisible. La civilisation humaine a disparu depuis des millénaires et le professeur Chêne-Sage s’apprête à en donner les raisons à quatre élèves ayant atteint l’âge d’être initié. Cette initiation conduira les jeunes Pupins à modifier diamétralement leur vision du réel et à s’interroger sur leur propre destinée. Une question les occupe plus particulièrement : la civilisation humaine s’est-elle vraiment éteinte comme on tente de le leur faire croire ?

À paraître

L’Ancre du Destin – Prix littéraire « La Plume d’Or du roman 2022  » remis par la Société Genevoise des Écrivains

Résumé :

Une lettre signée par une plume à l’histoire singulière préside au destin de plusieurs romanciers et de leurs personnages. Au fil des pages et tel un kaléidoscope, la géométrie du réel oscille lentement jusqu’à faire s’inverser la course des grains dans les sabliers du temps.

Par le regard de ses protagonistes, l’Ancre du Destin interroge les notions de libre-arbitre, de temps et la fiabilité des perceptions admises par chacun comme étant le reflet de la réalité.